• Admin

Le trail écologique ?

Dernière mise à jour : 18 oct. 2019


Par essence, le trail est un sport qui se pratique en milieu naturel et en toute logique dans le respect de ce dernier.

Or, la croissance exponentielle récente de cette activité a paradoxalement un impact parfois négatif sur l'environnement, certes négligeable par rapport à d'autres activités humaines, mais la question écologique doit aujourd'hui être considérée de manière globale dans nos modes de vie.

Voici donc quelques pistes pour essayer de garder une certaine cohérence dans la pratique du trail et du sport outdoor en général.

L'équipement

On pourrait penser que pour aller courir en nature il suffit d'enfiler une paire de baskets (et encore, certains arrivent à s'en passer).

Dans les faits, on se rend compte qu'il en faut un peu plus lorsque l'on s'adonne à une pratique engagée du trail, pour des optiques de performance, de praticité, de sécurité :

Un sac avec système d'hydratation, une montre GPS, une paire de bâtons, plusieurs tenues et types de chaussures pour s'adapter aux différentes conditions climatiques et topographiques, des frontales (souvent deux obligatoires sur les ultras) avec leurs piles ou batteries, des manchons, des manchettes, des tours de cou, des casquettes, des gants... La liste peut être longue, les marques d'outdoor l'ont bien compris et ont adapté leur développement et leur marketing en conséquence.

Nous sommes souvent tentés d'y céder, mais il est tout de même essentiel d'essayer de se recentrer sur ses besoins réels.

Deux ou trois shorts, paires de collants pour l'hiver, de bonne facture suffiront amplement pour quelques saisons.

Les articles en matières synthétiques, bien que présentant des "technologies" en théorie avantageuses (imperméabilité -cela est indéniable pour les vestes-, thermicité, respirabilité et confort -cela reste à démontrer face à des matières naturelles comme la laine mérinos, le lin...) ont un impact négatif sur l'environnement tout au long de leur cycle de vie (confection, lavages, recyclage) et potentiellement aussi pour votre corps.

Dans la mesure du possible, privilégiez les fibres naturelles biologique plus respectueuses de l'environnement et du corps.

Des marques comme Patagonia, Icebreaker ou encore Masherbrum proposent des articles en matière 100% naturelle (laine mérinos, coton biologique, Tencel qui est de la fibre de bambou) ou avec une proportion réduite de matières "plastiques" souvent issues d'une filière de recyclage et qui s'inscrivent ainsi dans un processus de fabrication qui se veut plus éco-responsable.


Si vous participez régulièrement à des courses, vous devez n'avoir que trop de tee-shirts "finisher". Malheureusement ils sont souvent de qualité moyenne voire médiocre, néanmoins si vous êtes adeptes du synthétique autant réutiliser les "meilleurs" d'entre eux pour vos entrainements et ainsi ne pas racheter systématiquement le maillot de la dernière collection de la marque à la mode du moment.


En revanche, il est recommandé de ne pas faire l'économie d'une veste de haute qualité qui vous suivra pendant plusieurs années et qui est souvent obligatoire en compétition (généralement avec capuche et un certain degré d'imperméabilité).

Pour les chaussures, si vous êtes un coureur assidu vous en consommerez nécessairement un bon nombre de paires, leur durée de vie étant souvent estimée entre 500 et 1000km selon le modèle et votre profil d'utilisation (nature du terrain, foulée, poids corporel...). Mais il n'est pas interdit de les faire durer plus longtemps si leur usure reste modérée et ne vous procure pas d'inconfort au niveau de la semelle.

Lorsque vous souhaitez vous débarrasser d'une paire trop usée, vous pouvez passer par des organismes comme RunCollect. Ces systèmes solidaires permettent de les redistribuer à des associations humanitaires ou les recycler, et vous faire bénéficier en échange de bons de réduction pour l'achat de vos prochaines paires.



Pour compléter votre équipement, n'hésitez pas à vous rendre sur le groupe facebook Le Bon Coin du Trailer pour dégotter de bonnes occasions. Il s'agit souvent d'articles commandés sur internet qui ne répondent pas aux attentes de leur acquéreur (mauvaise taille, cadeau en double...), c'est donc presque comme si vous achetiez neuf mais en faisant des économies et en "recyclant" un produit déjà fabriqué.

L'alimentation

Cet aspect dépasse le cadre du sport car il s'agit d'un besoin primaire de l'Homme au quotidien et donc d'un levier conséquent sur sa santé, son activité, son environnement...

De façon générale, il est essentiel de privilégier les circuits courts (producteurs locaux, marchés, potager...), l'agriculture la plus responsable possible de l'environnement (biodynamique, biologique, permaculture...) et les produits frais et de saison. Cela sera bénéfique à tous les niveaux : santé, environnement, économie, goût...



De manière plus spécifique à la pratique du trail, il est parfois édifiant de voir les sentiers pollués par des emballages de produits énergétiques après le passage de coureurs. Heureusement, de nombreuses organisations de courses mettent désormais en place des actions concrètes de sensibilisation et de nettoyage, mais il est de la responsabilité de tous de jeter ses déchets dans un endroit approprié.

Dans l'idéal il faudrait privilégier, au moins pour la majorité des entrainements, les aliments bruts tels que les fruits séchés (figues, raisins, dattes...) ou frais selon la saison et la tolérance personnelle (bananes, pastèque...), oléagineux (cajous, amandes, noisettes...), purées de légumes (patate douce, pomme de terre...) etc.

Néanmoins la nutrition en course est un sujet très complexe et personnel et il peut sembler plus intéressant de se tourner vers des produits manufacturés plus pratiques et adaptés aux problématiques rencontrées en course. À chacun de faire au mieux et de bien choisir son carburant en conscience.

On pourra néanmoins citer des marques comme Baouw, Endur'Active, le Pain du Montagnard qui se présentent comme des alternatives pertinentes allant dans le sens du respect du corps et de l'environnement (biologiques, locales, peu transformées...). Il y en a surement d'autres mais le but ici n'est pas de faire une analyse qualitative exhaustive des produits du commerce.

Les déplacements

Les sports outdoor nous amènent parfois à beaucoup voyager. Nous aimons aller découvrir de nouveaux terrains d'entrainements, des courses exotiques dans d'autres massifs, pays, continents...

Cependant nous avons la chance en France d'avoir de nombreuses courses dans la plupart des régions et l'on peut tout à fait privilégier dans la majorité des cas les trails relativement proches de chez soi et ne garder les longs déplacements que pour certaines courses "objectif", spécifiques, rêvées...


Pour les déplacements un peu longs en voiture, il existe aujourd'hui de nombreuses solutions de covoiturage. On connait tous Blablacar, mais il y a aussi des plateformes dédiées à des évènements sportifs comme Cariocar. Au-delà des aspects écologiques et économiques, cela peut aussi être l'occasion de rencontrer des personnes qui partagent la même passion que vous.

La liste est loin d'être exhaustive, il y a sans aucun doute une multitude d'autres petits gestes et habitudes à mettre en place au quotidien autour de votre pratique sportive afin de rendre celle-ci plus harmonieuse vis-à-vis de votre environnement au sens large. Cela peut paraître un peu futile et dérisoire, mais chaque petit pas additionné aux autres permettra d'avancer collectivement sur le long chemin sinueux que nous avons à faire pour la préservation de notre environnement.

Si vous aussi vous vous inscrivez dans cette démarche de colibri, n'hésitez pas à partager vos astuces et conseils !



#trailrunning #ecologie #sport #environnement

72 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout